Test matériel

Test du Tamron SP 150-600mm F/5-6.3 Di VC USD

Caractéristiques
Format : FF et APS-C
Distance focale [mm] : 150-600
Ouverture maximum : F/5-6.3
Distance minimum de l’objet [m] : 2.70
Rapport de grossissement maximal : 1:5
Dimensions du filtre [mm] : 95
Poids [g] : 1951
Groupes – Éléments : 13 – 20
Angle de vue : 16 – 4
Lames de diaphragme : 9
Ouverture minimum : F/32
Diamètre x Longueur [mm] : 105.6 x 257.8
Couleurs disponibles : Noir
Mise au point : interne Ultrasonic Silent Drive (USD)
Stabilisation : VC

Prix moyen constaté mai 2016 : moins de 1000 € TTC
Lien constructeur

et un lien intéressant avec de belles images : http://www.chassimages.com/forum/index.php/topic,226838.725.html

Prise en main
On pourrait s’attendre à avoir un cheval mort en main, mais il n’en est rien, cet objectif compact avec ses 26 cm de long replié et son poids de 1,9 kg lui confère une bonne maniablité.
La qualité de construction est plus qu’honorable, avec une bonne sensation de solidité alliée à un design plutôt réussi. Prise en main très agréable même à main levée, et le collier de fixation permet un transport aisé.
Petit bémol cependant, sa construction n’étant pas tropicalisée, à la longue on note l’apparition de poussières à l’intérieur des lentilles; mais en ouvrant à f/8, cela n’a pas de conséquences sur les images produites. Au dela de f/11, prévoir de la retouche…
Les deux bagues de zoom et de mise au point sont fluides et maniables. L’objectif dispose d’un indicateur de distance de mise au point et d’un limitateur de plage de mise au point, même si personnellement je travaille toujours en position Full.
En billebaude, il est recommandé de l’associer à un monopode, sur une longue sortie, votre dos et vos bras vous en seront reconnaissant.
En cas d’utilisation à main levée, essayez d’être le plus stable possible, la stabilisation est assez efficace, mais près de 2 kg, cela compte tout de même.

Très important également, cet objectif bénéficie d’une garantie constructeur de 5 ans gratuite par simple enregistrement internet sur le site Tamron.

Sur le terrain
Comme tout super télézoom de cette catégorie, il est fait pour voir loin. Il est donc parfaitement adapté aux photos animalières et sportives. Sur un reflex au format APS-C, c’est un équivalent 225-900 mm que vous aurez entre les mains!
La distance minimale de mise au point est de 2,7 m. Cela permet de réaliser des plans serrés avec une faible profondeur de champ et un bokeh onctueux.

Qualité optique
L’ouverture maximale moyenne f/5-6,3, permet d’obtenir des images nettes et relativement homogènes. Cet objectif délivre ses meilleures performances à f/8.
Au-delà de f/11, la diffraction apparait et on remarque une perte de piqué significative. Des distorsions visibles, mais peu gênantes. Elles se corrigeront assez facilement en post-traitement (d’autant que Camera Raw et Lr prennent enfin en compte cet objectif).
Vignettage assez visible jusqu’à f/8, mais les aberrations chromatiques sont très discrètes.

Contrepartie du tarif, cet objectif avec son ouverture variable f/5-6,3 manque de luminosité. Il sera un peu juste dans les faibles conditions lumineuses : gare aux de flous de bouger, ou alors montée en isos et selon le boîtier, plus ou moins de bruit.
La stabilisation optique est très efficace et permet théoriquement des prises de vue à main levée au 600 mm et au 1/250e de seconde.
L’autofocus se montre précis et rapide dans la majorité des situations, sauf peut-être au 600 mm sur des zones peu contrastées.

Ma pratique avec ce caillou
Comme indiqué plus haut, cet objectif délivre ses meilleures images à f/8.
Je l’utilise tant en images sportives, qu’animalières et même en proxi (la, je m’autorise d’ouvrir à f/6.3).
Il est quasiment toujours associé à mon monopode, sauf pour les images sportives ou aériennes, ou il serait plutôt une gêne.
Pour mes images d’oiseaux, très souvent j’utilise la mesure spot associé à un mode de pdv manuel, et si l’oiseaux est en vol une vitesse mini de 1/1000e s (c’est vrai que les 36 Mo du D800 nécessite une vitesse plus élevée pour conserver les détails…)

Mais bon, qu’a ce stade, le mieux c’est de montrer quelques images.

Eric SCHWARTZ

About Eric SCHWARTZ

Profil ? : Verseau, donc un peu touche à tout. Après de nombreuses années consacrées à l’argentique et à la photo de sujets touchant surtout à l’aviation, j’ai effectué un virage vers le numérique il y a environ dix ans. Je pratique surtout l’animalier, la macro, le paysage, mais j’aime également les images de manifestations festives.

Accès membre