Test matériel

Nouveau zoom Nikon 200/500mm f5.6 stabilisé

Depuis un peu plus d’un an plusieurs télézooms de grande focale sont sur le marché. Le choix est difficile pour qui veut acheter un tel objectif car les caractéristiques ne sont pas très éloignées et les avis partagés sur les forums.
Ces zooms sont :
– Sigma contemporary 150-600mm f5-6.3
– Sigma sport 150-600mm f5-6.3
– Tamron 150-600mm f5-6.3
– Nikon 200-500mm f5.6
Ce grand choix avec des prix allant de 1000 à 2000€ m’a fait réfléchir sur ce que je recherche comme type d’objectif pour compléter le Nikon 70/200 f2.8 + multiplicateur TC14III (soit un 280mm f4 en 24/36). Cet ensemble est souvent trop court pour les photos d’oiseaux où un rapprochement plus important est nécessaire. Il y a bien le fameux Nikon 300mm f4 non stabilisé ou le nouveau en version stabilisée qui ne pèse qu’un peu plus de 700g mais cela se rapproche trop du 70/200+multiplicateur et n’est pas suffisant pour les photos projetées.
Les caractéristiques essentiellement recherchées sont :
1) des images correctes dès la pleine ouverture au maxi de la focale que je désire au mini de 500mm.
2) pouvoir utiliser ce zoom à main levée, le paramètre le plus important étant une stabilisation performante afin de pouvoir faire des photos à vitesse lente et des iso les plus faibles possibles.
3) un poids raisonnable.
4) une mise au point minimale (la plus courte possible) pour faire de la proxi.
5) pouvoir utiliser le TC14III occasionnellement pour un zoom plus important.
Mon choix s’est fixé sur le dernier sorti. C’est le Nikon 200/500 f5.6 qui seul accepte mon multiplicateur, il a aussi une stabilisation performante. Je ne vais donc pas parler ici des autres modèles (que je ne connais pas) si ce n’est que de faire un tableau affichant les divers paramètres :

tableau

D’après les tests et divers articles lus, le Nikon répond à mes 5 critères à part le poids (il est entre le plus lourd et le plus léger).
Après 5 mois d’utilisation je ne regrette pas mon choix et suis surpris par la qualité des photos d’oiseaux en vol pris à main levée. La stabilisation et l’utilisation avec le plein format D800E fonctionne bien. Peut-être que la rapidité de l’auto-focus n’est pas au top mais cela est sans doute plus lié au D800E et ses nombreux pixels et non au 200/500. Des essais avec le D700 ont confirmé ce point. Je vais faire des essais avec un boîtier plus rapide dès que j’en aurais l’occasion pour voir ce que cela pourrait apporter, comme plus, pour l’animalier.
Un des points négatifs de cet objectif est le pare-soleil en matière plastique dont la fixation n’est pas top.
Note : Pour compléter cet article je vous informe que la revue “Chasseur d’Images” n°379 de décembre 2015 a consacré un article où ces 4 objectifs sont comparés et testés.
___________________________________________________________
Photos prises avec le Nikon 200/500 et le D800E pour illustrer cet article.

 

1

Faucon crécerelle perché en haut d’un arbre. Photo prise à main levée à :

1/2000s – f5,6 – 1000iso – 500mm

2

Héron cendré pris à main levée :

1/1000s – f5,6 – 2500iso – 500mm

3

Cathédrale depuis Blaesheim photo prise avec appareil sur pied

1/640s – f5,6 – 200iso – 500mm

4

Ecureuil pris à main levée :

1/320s f5,6 – 1600iso – 500mm

5

Kitsurf
1/1600s – f8 – 800iso – 270mm

nb : les photos ci-jointes ont été réduite en taille et résolution.

 

André JUNGBLUTH

About André JUNGBLUTH

La photo est pour moi un loisir qui permet des sorties dans la nature. Ayant débuté avec l’argentique dans les années 70 je me suis tourné vers le numérique dès les premiers boîtiers réflex abordables. Mes domaines photographiques préférés sont : l’animalier, les paysages et les spectacles.

Accès membre